Biographie

Né le 24 juillet 1962, je suis membre du Parti Communiste Français (PCF) et depuis juin 2017, député de la Seine-Saint-Denis (2ème circonscription).


Originaire de Bretagne, je suis issu d’une famille populaire, un père ouvrier et une mère femme de ménage. Au milieu des années 80, je m’installe avec ma famille à Saint-Denis où j’y élèverai plus tard ma fille, qui fera toute sa scolarité de la Primaire à l’Université dans les établissements publics de la Ville.


Je me suis engagé dès mon entrée au lycée dans une organisation de jeunesse. Rapidement animateur de mouvements lycéens et étudiants à Rennes et des mouvements de jeunes contre la précarité, j’ai dès lors appris à construire des luttes en guise de réponse aux réformes gouvernementales qui ne répondaient déjà pas aux attentes de la jeunesse. Après mon service militaire, je suis « monté » à Paris pour des raisons professionnelles. J’ai intégré, à la même période, la direction nationale des jeunes et étudiants communistes.


Marqué par les premiers renoncements aux valeurs de la gauche par les gouvernements socialistes de l’époque, je me suis lancé dans la coopération internationale. Ainsi, j’ai notamment organisé des chantiers solidaires au Nicaragua en coordonnant 120 jeunes volontaires français.


Titulaire de la carte de presse durant plusieurs années, j’ai été à la même période le coordinateur du mouvement anti-apartheid en France et organisateur des mobilisations pour obtenir la libération de Nelson Mandela. J’ai été, à cette occasion, le proche collaborateur de Dulcie September, représentante de l’ANC en France, assassinée à Paris en 1988.


Dans les années 90, je participe avec Charles Fiterman, Anicet Le Pors, Jack Ralite, Guy Hermier… à la création du courant des « refondateurs » communistes, mouvement de réflexion transcourants de la gauche – communiste, républicaine, socialiste -, dont j’occuperais plus tard la fonction de Secrétaire Général.


À la même période, Marcelin Berthelot, alors Maire de Saint-Denis, me demande de travailler à ses côtés.


En 1995, j’ai été élu sur la liste conduite par Patrick Braouezec. J’ai eu en charge la vie associative, les relations internationales et le logement. J’ai, entre-autre, construit des jumelages innovants avec Tuzla en Bosnie, douloureusement frappée par la guerre, ainsi que Larbaâ Nath Irathen en Algérie, Agadir au Maroc, l’arrondissement d’Aourou au Mali et plus tard avec la ville de Porto Alegre au Brésil avec laquelle nous avons initié la présence des collectivités locales aux Forums Sociaux Mondiaux et les premières expériences de démocratie participative.

 

En charge du logement puis de l’habitat, je mène un combat sans relâche face à la spéculation immobilière et la lutte contre les marchands de sommeils. J’ai contribué au développement d’une offre d’habitat social de qualité d’abord sur Saint-Denis puis à l’échelle de l’agglomération Plaine Commune.


J’ai été décoré de la Légion d’Honneur par Monsieur Jean-Pierre Duport, Préfet de Région Honoraire, dans le cadre de la promotion du 14 juillet 2012.


En 2017, je me présente pour la première fois aux élections législatives dans la deuxième circonscription de la Seine-Saint-Denis où je suis élu avec près de 58 % des voix. Je siège depuis cinq ans à l’Assemblée nationale au sein du groupe de la Gauche Démocratique et Républicaine composée de député communistes et ultramarins, et je suis membre de la commission des lois.


Pendant cinq années, j’ai joué mon rôle d’opposant résolu à la politique d’Emmanuel Macron, notamment sur plusieurs lois d’importance comme la Loi Élan (Logement), la loi Pacte (prévoyant notamment la privatisation d’Aéroport de Paris), la Loi de réforme de la Fonction publique, la loi dite de lutte contre le séparatisme, ou encore sur le recours permanent à l’état d’urgence sanitaire amputant gravement nos libertés.


Pendant ces cinq années à l’Assemblée, j’ai été sans relâche un député force de proposition, porteurs de plusieurs propositions de loi comme celle visant à l’augmentation du SMIC et des bas salaires, celles s’attaquant aux marchands de sommeil et à l’habitat insalubre, ou encore celle visant à la gratuité des premiers mètres cube d’eau. J’ai également défendu avec plusieurs députés de différents bancs, la proposition de déconjugalisation de l’AAH, reconnaissant le droit à l’autonomie des personnes en situation de handicap.


En toutes circonstances, j’ai fait entendre la voix de la Seine-Saint-Denis, ce département si souvent caricaturé qui est pourtant celui de salariés qui travaillent dure et qui sont celles et ceux qui ont tenu la France debout pendant la crise sanitaire.


Présent à l’Assemblée, présent dans les quartiers de nos villes de Pierrefitte, Saint-Denis et Villetaneuse, au plus près des réalités de vie des habitantes et des habitants, pour être utile, pour agir, pour améliorer leur quotidien et défendre leurs droits : tel à été mon combat de tous les instants pendant ces cinq dernières années.